Chargement...
Fanzine 4-2019

A la dé-Rive

En ce jour de fête nationale, il nous était impossible de passer à côté des groupes belges présents aux Francofolies de Spa, et encore moins à côté de « Rive », gagnant du concours des Franc’off 2016. C’était l’occasion de belles retrouvailles et d’un concert aux saveurs familières.

Pour ceux qui ne les connaissent pas encore, ce groupe bruxellois – qui va sortir son premier album « Narcose » – est à la croisée de la chanson française et de l’électro planante type « Moderat » ou « alt-J ».
Une batterie pour les grandes lignes de percussion, un clavier pour les touches d’émotion et les mélodies poétiques, le tout bercé par de douces vibes d’électro qui s’étirent de tout leur long…et sur ce lit de notes envoutantes, une voix qui viendra se reposer dans votre oreille, le temps d’un instant.
Le voyage passe également par de la guitare et les retrouvailles du duo autours du clavier qui nous rappellent que quatre mains, ça sonne si bien.

« Rive », ce sont de merveilleux textes, des mots imagés, des touches de mélancolie, parfois de tristesse, mais ce n’est que pour mieux rappeler qu’il existe toujours une lueur. Une lueur qui ne peut exister sans un peu d’obscurité.
Il ne faut pas longtemps pour se retrouver happé par leur univers si délicat et faire avec eux une plongée dans l’ivresse des profondeurs.

Et, à force de les écouter, vous vous retrouverez devant cette étrange impression de les avoir toujours connus. Ces mélanges presque universels, ces paroles et ces textes engagés, intelligemment enrobés de métaphores, ces pointes de sourires qui nous rappellent que tout va bien, et surtout, cette sensation que quelqu’un est venu au fond de nous, jouer une mélodie avec notre corde sensible.

Alors, si vous ne les avez jamais vus, si vous n’avez jamais eu l’occasion de vibrer devant un de leurs concerts, profitez-en pour aller voir un de leurs clips. Véritable ode à l’image, ces vidéos sont dans la parfaite lignée de leurs sonorités. Il m’était impensable de ne pas vous toucher un mot sur les visuels de Rive, un travail incroyable de leurs amis illustrateurs, plasticiens ou dessinateurs de BD que je vous conseille de découvrir !

Pour les avoir rencontrés, je peux vous dire que ce sont deux personnes fabuleuses. Une relation fusionnelle qui ne passe pas inaperçue, et cela même sur scène. Bref, que ce soit dans leur envie continuelle de se surprendre mutuellement, dans la création de leurs titres ou dans leur « tape bien virilos » avant de monter sur scène, Juliette et Kevin racontent à coups de regards et de mots singuliers tout l’univers qu’ils souhaitent partager.

Le plus simple serait encore d’utiliser leurs propres mots : contraste, voix éthérée, presque parlée, et…toujours se surprendre.

A bientôt pour un autre voyage musical !

Arno

Laisser un commentaire