Chargement...
FrancoFaune 2019

Festival FrancoFaune, c’est parti pour 10 jours de folies !

Pour le premier article sur cette édition, le FANZINE a eu la chance d’interviewer Florent Leduc, lui-même musicien et féru de musique et co-directeur du festival FrancoFaune se déroulant à Bruxelles du 3 au 13 octobre.

C’est quoi FrancoFaune ?
Autrefois appelé « Biennale de la chanson française », le festival commencera par les Secrètes Sessions. Moments créatifs réunissant quelques musiciens qui ne se connaissent pas, d’horizons musicaux différents et qui ont pour objectif la création d’un morceau en 2h seulement.
FrancoFaune, c’est un festival à taille humaine qui nous met l’eau à la bouche, défend les artistes émergents (côtoyant ainsi des piliers de la chanson française), qui donne sa place aux « espèces musicales en voie d’apparition » et nous fait aimer la chanson française dans toute sa diversité. Florent nous explique qu’il y a plusieurs genres de festivals ; il y a les plus gros, qui comportent de grosses têtes d’affiche et qui amènent beaucoup de public et puis il y a les plus « petits » qui ne comportent pas forcément de grosses têtes d’affiche mais qui n’en restent pas moins intéressants.

FrancoFaune c’est aussi de l’accompagnement de groupes. Chaque année, 3 groupes sont accompagnés via des résidences (coaching scénique, musical, vocal) et se produisent durant le festival où ils auront peut-être la chance de plaire au public et aux nombreux professionnels de la musique présents sur le festival. D’année en année, FrancoFaune accueille de plus en plus de professionnels du secteur.

FrancoFaune c’est 10 jours, 20 lieux, 50 concerts… et seulement 3 permanents ! Si l’équipe s’étoffe durant le festival, elle peut également compter sur des bénévoles mais surtout une année de travail en amont du festival qui laisse de la place aux imprévus.

Ton secret pour tenir toute la durée du festival ?
« Des vitamines, du café et de la bonne humeur.
Mais il faut aussi bien manger, boire beaucoup d’eau et bien dormir ».

En tant que co-directeur, après un tel rythme on fait quoi ?
« On se repose mais on ne se perd pas de vue, on reste en contact.
Très vite on réfléchit à ce qui a bien fonctionné. On respire, on fait autre chose… »

Pourquoi FrancoFaune est-il constitué uniquement de musique française ?
« Ceci est simple, l’anglais devient la langue la plus parlée et chantée dans le monde alors il est important pour nous de promouvoir notre langue par la diversité musicale et culturelle. Sachant qu’à Bruxelles nous avons la chance d’avoir une diversité linguistique intéressante ». Il nous a d’ailleurs expliqué qu’il travaillait aussi avec des néerlandophones.

Un coup de coeur ?
« Question difficile mais puisqu’il faut répondre je dirais : »
– « Les Hôtesses d’Hilaire »
(Groupe de musique rock alternatif et rock progressif originaire de Moncton en Acadie).
Et
– « I H8 Camera »
(Rudy Trouvé n’est jamais aussi à l’aise que dans l’improvisation totale, il sera accompagné de Matt Watts, Stef Kamil Carlens, Jef Mercelis, Patrick Clauwaert, Teuk Henri et Gil Mortio. Un moment post-impro-rock)

Merci à Florent pour cette interview pleine de vie. J’ai beaucoup apprécié cet échange. Je vous invite à être curieux et à jeter un œil plus qu’intéressé à cette programmation éclectique et haute en couleurs qui se déroulera dans une vingtaine de lieux. Une jolie manière de redécouvrir Bruxelles !

Clara.

Laisser un commentaire